LES SPIRALES HEUREUSES DE LA SATISFACTION :

  

- LA RECONNAISSANCE / GRATITUDE 

 

Les anti dépresseurs stimulent la production du neurotransmetteur dopamine. Il en va de même avec la reconnaissance (ou la gratitude si vous préférez). Savez vous sur quoi le prozac agit ? Il stimule la sérotonine, un autre neurotransmetteur du bonheur. Il en va de même avec la gratitude et la reconnaissance.

Les neurosciences montrent que le simple fait d’essayer de penser à des choses qui expriment pour nous de la reconnaissance ou de la gratitude est suffisant !

Dire « Merci à la vie » le matin en se réveillant est la pratique la plus simple pour augmenter la production de sérotonine dans votre cortex cingulaire antérieur.

Dans la journée dire « Merci du cadeau » et ensuite seulement « Au fait, il est où le cadeau … » est un rituel des plus efficaces, trouver « le cadeau » n’a pas d’importance, le fait de lancer votre esprit dans la recherche est suffisant. Au fur et à mesure de ces petits exercices multi-journaliers vous augmenterez votre intelligence émotionnelle, et il vous faudra tout simplement moins d’efforts pour être reconnaissant : une belle spirale vertueuse !

Sachez qu’un étude a confirmé un réel effet biologique sur le cerveau en pratiquant « la reconnaissance » : la densité des neurones dans les deux ventres médians et latéraux du cortex préfrontal a augmenté ce qui indique une augmentation de l’intelligence émotionnelle, les neurones dans ces zones sont devenus plus efficaces !

Vous pouvez augmenter encore plus cet état de reconnaissance qui rend votre cerveau si heureux, en créant une boucle de rétroaction positive dans vos relations…. pour cela il suffit d’exprimer de la gratitude aux gens que vous aimez. (…) Chaque matin quand vous vous connectez, envoyez un mail ou un SMS contenant le mot « Merci », peu importe le contenu du message, le principal est votre intention de reconnaissance que vous matérialisez par le mot « Merci ».

Si la gratitude est la clef principale pour créer les hormones du bonheur (sérotonine et dopamine) qui vous immunise contre la déprime, (…) d’autres pistes existent pour stimuler d’autres hormones du bonheur :

 

 

- LE TOUCHER

 

Le toucher thérapeutique (…) est l’un des moyens pour libérer l’ocytocine. De toute évidence, il n’est pas toujours approprié de toucher des gens, mais de petites attentions, comme un poignée de main chaleureuse, une main posée sur l’épaule ou dans le dos ou sur l’avant bras, sont généralement admises. Pour les personnes dont vous êtes proches, penser à faire l’effort de les toucher plus souvent. Prendre une personne dans les bras plus de 30 secondes libère un neurotransmetteur spécifique l’ocytocine ce qui réduit la réactivité de l’amygdale et donc le stress.

Quand on parle de toucher, on pense aussi au massage. Les résultats sont très clairs : le massage agit sur la sérotonine, la dopamine et bien sur l’ocytocine (qui active à son tour les endorphines antidouleur) mais aussi il agit sur la diminution de l’hormone du stress : le cortisol, ce qui améliore le sommeil.

Enfin, si vous n’osez pas proposer un freehug aux personnes que vous appréciez, optez pour le sourire qui est plus facile, moins engageant et très efficace… même en interne à soi même.

 

 

- CHANGER SA VISION DU MONDE

 

La 3e méthode est d’agir sur notre façon de voir le monde, notre attitude d’esprit. Il s’agit donc plus d’une action mentale. Le premier point très important que nous révèlent les neurosciences c’est que nous ne choisissons pas les choses que nous aimons, mais plutôt : nous aimons les choses que nous choisissons. Donc choisir de faire un travail pour gagner de l’argent est bien plus structurant pour notre cerveau que de subir un travail « parce qu’il faut bien ».

Ensuite, lors de décisions, optez, en discours intérieur, pour « c’est une assez bonne solution » plutôt que «c’est la meilleure décision jamais faite sur Terre ». En effet, si c’est vraiment la meilleure décision, vous co-créez de l’anxiété pour vos décisions futures qui devront être au moins aussi bonnes (impossible par définition) et si ce n’est pas la meilleure des décisions, vous rentrez de plein fouet dans la déception, la culpabilité voire la dépréciation de soi.

Enfin, pour amoindrir l’impact négatif de nos pensées ou de nos émotions stressantes, l’astuce consiste à les nommer. Les listes des besoins et des sentiments utilisés en Communication Non Violentes sont une très bonne aide si vous manquez de vocabulaire (voir la liste sur spiralis.ca). Pour votre cerveau, le principal c’est de nommer pas d’être dans la précision du langage : « Je me sens schroumounouf ce matin » marche très bien.

Toujours dans la mouvance neurosciences, l’attitude d’esprit étant plus importante que tout, de nouvelles paroles de sagesses issues de neuroscientifiques notables apparaissent comme :

- le succès ne fait pas le bonheur, en revanche le bonheur apporte le succès

- voir les problèmes comme des défis, des challenges et non pas des menaces ou des punitions.

 

Les paroles de Socrate :

- La sagesse commence dans l’émerveillement

- Les gens qu’on interroge, pourvu qu’on les interroge bien, trouvent d’eux-mêmes les bonnes réponses.

- Ce qui fait l’homme, c’est sa grande faculté d’adaptation

- Nul n’est méchant volontairement, le mal vient de ce que l’homme se trompe au sujet du bien.

- une vie sans examen ne vaut pas la peine d’être vécue.

- Connais toi toi- même…

- Je ne suis ni Athénien, ni Grec, mais un citoyen du monde.

- Tout ce que je sais, c’est que je ne sais rien

- Ce que tu veux me dire, est-ce vrai ? Est-ce bien ? Est-ce utile ? Sinon, je ne veux pas l’entendre.

- Le premier savoir est le savoir de mon ignorance : c’est le début de l’intelligence.

 

de Marc POLIZZI et,‎ Pascale Polizzi

 

SOURCE COMPLETE  Newsletter Etherapia n° 6: Ethérapie et Thérapies Quantiques sur Amazon :

https://www.amazon.fr/Newsletter-Etherapia-Ethérapie-Thérapies-Quantiques-ebook/dp/B06XKCVND5/ref=pd_sim_351_2?_encoding=UTF8&psc=1&refRID=5PV8DT4QJAH1J596NN23